Service réservé aux abonnés

Pour accéder gratuitement à tous les articles et services de Localtis : cliquez ici

Fermer cette fenêtre

AgriculturePublié le jeudi 29 mars 2012

localtis illustration article du jour

© P. Parrot / Rea

La fin programmée des droits de plantation des vignes, qui doit intervenir au plus tard en 2018, suscite la colère des vignerons et élus des régions viticoles. Rassemblés autour d'un "Appel de Dijon", ils entendent porter le débat à Bruxelles et inciter l'Union européenne à faire machine arrière.

Le front anti-libéralisation des vignes ne faiblit pas. Déjà quinze pays font cause commune autour de la France, de l'Italie du Portugal et de l'Espagne pour sauver les droits de...



Abonnez-vous ou recevez gratuitement cet article.