Envoyer cet article

M'adresser cet article sur mon courriel

Choisir des destinatairesAjouter un second destinataire

Choisir des destinatairesAjouter un troisième destinataire

Ajouter un messageAjouter un message

Fermer

* champs obligatoires

Personnes âgéesPublié le lundi 27 février 2012

Un arrêté du 6 février 2012 apporte un assouplissement supplémentaire à la convergence tarifaire des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Issue de l'article 53 de la loi du 17 décembre 2008 de financement de la sécurité sociale pour 2009 - après avoir été annoncée en 1999 sans jamais être mise en place -, la convergence tarifaire consiste à ramener les établissements dont le tarif de soins excède un plafond national prédéfini au niveau de ce dernier. A ce titre, l'article L.314-3-II du Code de l'action sociale et des familles dispose notamment que "le ministre chargé de la sécurité sociale peut fixer, par arrêtés annuels, les tarifs plafonds ou les règles de calcul desdits tarifs plafonds pour les différentes catégories d'établissements sociaux et médicosociaux ainsi que les règles permettant de ramener les tarifs pratiqués au niveau des tarifs plafonds". Mal acceptée par les fédérations d'établissements et par les Ehpad - en l'occurrence ceux qui pourraient voir leurs tarifs baisser pour rejoindre progressivement le plafond national -, la convergence a déjà fait l'objet de plusieurs assouplissements. En novembre 2009, le ministère s'était ainsi engagé à publier une "circulaire d'interprétation" de l'arrêté du 17 mars 2009, qui détermine les modalités de calcul du plafond national.
L'arrêté du 6 février 2012, publié au Journal officiel du 21 février, apporte un nouvel assouplissement à la réforme. Ce texte modifie les modalités de mise en oeuvre des tarifs soins-plafonds et la convergence tarifaire. II sort en effet du périmètre de la réforme les Ehpad "non pathossifiés", autrement dit, les établissements qui ne sont pas tenus d'appliquer le référentiel Pathos permettant d'évaluer la charge des soins. L'arrêté exempte ainsi environ 20% des Ehpad de l'application de la réforme. Cette décision n'est pas à proprement parler une surprise, puisque Roselyne Bachelot-Narquin l'avait annoncée le 6 octobre dernier dans un message diffusé au congrès de la Fehap (Fédération des établissements hospitaliers et d'aide à la personne).
Seuls restent donc désormais concernés par la convergence tarifaire - dont le principe a été réaffirmé lors des débats sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2012 - les Ehpad tarifés sur la base du GIR moyen pondéré soins (GMPS). Ce dernier agrège le GIR moyen pondéré (mesurant le niveau de prestation fourni par l'établissement dans la prise en charge de la dépendance) et le Pathos moyen pondéré (PMP), qui mesure le niveau de prestation fourni par l'établissement pour la prise en charge des soins médicaux apportés à la personne dépendante. Les établissements ainsi tarifés sur la base du GMPS restent concernés par la convergence tarifaire, qu'ils fonctionnent en tarif partiel ou global et qu'ils disposent ou non d'une pharmacie à usage intérieur.
Si l'arrêté du 6 février 2012 répond aux demandes des établissements concernés, la Fédération hospitalière de France (FHF) considère que "bien que cette évolution de la réglementation constitue une avancée", celle-ci "n'est pas suffisante", et continue à demander "l'arrêt total de la convergence tarifaire".

Jean-Noël Escudié / PCA

Référence : arrêté du 6 février 2012 portant modification de l'arrêté du 26 février 2009 fixant les règles de calcul des tarifs-plafonds et de mise en oeuvre de la convergence tarifaire prévues à l'article L.314-3-II du Code de l'action sociale et des familles applicables aux établissements mentionnés au 6° du I de l'article L.312-1 du même code ayant conclu la convention pluriannuelle prévue au I de l'article L.313-12 du code précité (Journal officiel du 21 février 2012).

  • Imprimer
  • Ajouter aux favoris
  • Envoyer
  • Enregistrer
  • Taille du texte Augmenter la taille du texte Diminuer la taille du texte

En savoir plus

Aller plus loin sur le web

L'arrêté du 6 février 2012.

Tout Localtis sur

Recherche avancée

accès abonnés

Vous accédez
actuellement
à Localtis depuis
une adresse dédiée.

Nos services

nos newsletters

Pour recevoir
nos lettres

L'hebdomadaire

La quotidienne

Actualite

Réforme territoriale

Sur les routes estivales... avec une nouvelle carte de France

Finances locales

Réduction des dotations : les collectivités obtiendront-elles des assouplissements ?

Habitat

Logement : un semestre à toute Alur

Environnement

Transition énergétique : le projet de loi habillé pour sa rentrée au Parlement

Personnes âgées

Projet de loi Vieillissement : une réforme sur les rails, mais à un format réduit

Transports

Des avancées sur le ferroviaire mais des financements toujours en panne pour les transports urbains

Refondation de l'école

Rythmes scolaires : pas de pitié pour les villes frondeuses !

Urbanisme

Loi Alur : ce qu'il faut retenir du volet urbanisme

Tourisme

En 2014, le tourisme joue les vedettes

Aménagement numérique

Le plan France Très Haut Débit dans les ascendances

Commande publique

Acheteurs publics : préparez votre rentrée 2014-2015 !

Prévention

Réforme pénale : ce qui change pour les collectivités

Economie sociale et solidaire

ESS : le projet de loi définitivement adopté

Intercommunalité

Communes nouvelles : se regrouper pour continuer à exister ?

Formation professionnelle

Réforme de la formation : l'essentiel des textes seront publiés avant la fin de l'été

Economie mixte

Le Sénat adopte définitivement la PPL sur les Sem à opération unique

Sports

Subventions aux équipements sportifs : le CNDS n'offre pas d'"effet de levier"

Politique de cohésion

Dépenses de fonds européens : les remontrances de l'Allemagne sont-elles justifiées ?

Territoires

Vers un pacte pour les territoires "hyper-ruraux" ?

Scroll bottom Scroll top